Nous sommes heureux de présenter le programme du nouveau cycle de séminaires Migrations et Luttes Sociales, 2016-17 (affiche-seminaire).

Pour rappel, l’enjeu de ce cycle de huit séminaires est de faire dialoguer des acteurs académiques et des acteurs de terrain autour du thème de la lutte des migrants en Belgique et ailleurs. L’objectif est de dépasser le cloisonnement de sphères présentées comme exclusives les unes des autres : militant/académique, théorique/empirique, avec/sans papiers… Les séminaires MLS doivent donc être considérés comme des espaces d’échanges mutuels, chacun allant puiser chez l’autre les outils nécessaires à une montée en puissance.

Ces séminaires entendent prolonger la réflexion qui se crée dans des luttes de migrants,  et faire résonner les revendications des mouvements de lutte dans des réflexions collectives et personnelles, théoriques et empiriques. Il vise aussi à penser un retour réflexif sur les diverses expériences de lutte. Il s’agit plus d’ouvrir des pistes, de rendre partageable des questions, d’offrir des prises, pour permettre un partage des pratiques, des expériences et des inventions qui ont cours dans ces mouvements-là.

Les séminaires s’adressent autant à un public de chercheurs que de militants ou membres d’associations, avec ou sans-papiers.

Cette année nous avons décidé d’axer le cycle sur une perpective à la fois comparatiste et internationaliste.

Ainsi, André Réa (ULB) et Marco Martiniello (ULg) – deux « poids lourds » de l’étude des migrations en Belgique – avaient publié en 2002 un ouvrage intitulé Histoires sans-papiers qui donnait décortiquait soigneusement la « question sans-papiers » en Belgique, en abordant notamment une perspective historique. Jérémy Piolat (UCL) nous fera part de ses analyses, à partir de son travail anthropologique auprès d’un groupe de migrants en situation officiellement précaire, lui ayant dévoilé certaines de leurs ruses. Pauline Brücker (SciencePo Paris),  travaille sur les mobilisations de la communauté soudanaise en Egypte et en Israël. Sa présentation serait un beau contre-point à notre perspective européenne de voir comment les mobilisations de sans-papiers s’organisant dans des contextes très différents. Thomas Swerts (UAntwerp) nous présentera les conclusions de sa thèse de doctorat qui portait sur une étude comparative de la structuration des mouvements de sans-papiers en Belgique (SPB) et aux USA. Anaïs Carton, membre active de MLS, a fait un super travail sur les travailleurs domestiques migrants au Liban. Elle viendra nous présenter les conclusions de son observation. Louise Tassin (Paris Diderot) termine en ce moment sa thèse de doctorat sur les centres de rétention en France. En avant première pour MLS, elle reviendra sur les principales observations de son terrain. Abdelhak Ziani, compagnon de route de MLS et militant au longue date dans les mouvements de sans-papiers en Belgique, reviendra sur les actions citoyennes des personnes sans-papiers et qui fleurissent à Bruxelles ces dernières années (colis alimentaires, potager collectif, cuisine populaire, action de relogement des précaires, …).

Enfin, pour clôturer ce cycle, et boucler la boucle, nous voudrions rassembler les représentants des mouvements « autonomes » de sans-papiers de ces vingt dernières années. Nous les questionnerons sur les noeuds stratégiques et structurant la luttes des sans-papiers en Belgique et ailleurs (la relation avec les soutiens, les distinctions statutaires entre migrants, les moyens d’action privilégiés, …)

Programme 2016-17

3 novembre 2016 (17h-19h)André Réa (ULB) et Marco Martiniello (ULg) – Retour sur le livre Histoires sans-papiers (2002) – Bruxelles Laïque (18-20 avenue de Stalingrad, 1000 BXL)

24 novembre 2016 (17h-19h)Jérémy Piolat (UCL) – Souffrir, duper, faire société. Stratégies et ruses de migrants en situations d’inhospitalités – Pianofabriek (35 rue du fort, 1060 Saint-Gilles)

26 janvier 2017 (!!!17h30 – 19h30 !!!) – Pauline Brücker  (SciencePo Paris) – Le capital militant à l’épreuve de la mobilité. Les mobilisations de demandeurs d’asile soudanais en Egypte et en Israël – UPJB (61 rue de la victoire, 1060 Saint-Gilles)

23 février 2017 (17h-19h)Thomas Swerts (UAntwerp) –  Chasing the DREAM: The undocumented youth movement in the United State – Het Anker (25, rue Marcq, 1000 BXL)

23 mars 2017 (17h-19h) – Anaïs Carton (MLS) – La kafala au Liban. Exploration d’une pratique aux frontières de la légalité et des formes de résistance de travailleurs domestiques migrants – Le Space (26, rue de la clef, 1000 Bruxelles)

27 avril 2017 (17h-19h)Louise Tassin (Paris Diderot) – Les politiques d’expulsion en pratique(s) : protestation et répression dans un centre de rétention français – Espace 16 Arts (16, rue Rossini, 1070 Anderlecht)

4 mai 2017 (17h-19h)Abdelhak Ziani (Samenlevingabouw) – Sans-papiérisme et citoyennisme – CBAI (24, avenue Stalingrad, 1000 BXL)

Juin 2017 (!!!date à préciser!!!) – Table-ronde des groupes de militants autonomes (SP Belgique, UDEP, OSP, Collectif de coordination des migrants, Voix des sans-papiers de Liège, autre ?) – Quelle(s) (dis)continuité(s) entre les collectifs de sans-papiers qui font l’histoire de luttes de migrants en Belgique? – !!! Lieu: à préciser !!!

« Migrations et luttes sociales » est un groupe de réflexionS s’intéressant aux questions migratoires abordées sous l’angle de la mobilisation sociale des migrants et de leurs soutiens. MLS est un collectif de recherche assumant sa position médiane entre la réflexion académique et l’engagement politique aux côtés des migrants.

 

Publicités